Etienne Terpant

Issu  d'une famille venue du milieu du livre, rien ne me prédisposait au départ, aux disciplines que j'enseigne aujourd'hui.

Je découvre à l'adolescence les arts martiaux . Après un parcours dans plusieurs d'entre eux, je me concentre sur la pratique du sabre japonais, qui présente pour moi toutes les qualités des méthodes martiales : une origine guerrière, qui dans son évolution  implique la maîtrise totale du corps et de l'esprit, alliée à un objet qui reflète aussi savoir-faire et esthétique.

Je reçois d'abord un enseignement en Europe au sein de différentes écoles, notamment celles de Toyama Ryu, et de Katori Shinto Ryu .Dans un esprit de découverte, je passerai également un an au Cambodge auprès de maître San Kim Sean, et deviendrai le premier occidental diplômé au sabre dans cette discipline : le « Bokator » ou « Kbach Kun Boran Khmer ».

Je m'intéresse ensuite au travail de maître Kuroda, Soke de l'école Shinbukan, réputé pour son incroyable vitesse au sabre et l'invisibilité de ses mouvements. J'ai la chance de le rencontrer et d'être admis au sein de son école. Cet événement change radicalement ma vision des arts martiaux quand je réalise que ses capacités  hors normes  sont le fruit d'une modification profonde de l'usage de son corps et de ses groupes musculaires.

C'est en cherchant à comprendre le secret de ce travail, que j’entends parler d'une méthode occidentale ayant des principes parfois très proches. Fruit des recherches d'un acteur shakespearien  du début du vingtième siècle, Frederick Matthias Alexander, cette technique permet l'acquisition d'une gestuelle consciente et légère, où le corps est utilisé dans sa globalité.

J'entreprends aussitôt de m'initier à cette méthode, au sein de l'école lyonnaise ATI (Alexander Technique International). Cet apprentissage m'apportera des clés de compréhension pour améliorer ma pratique des arts martiaux que je cherchais depuis longtemps.Plus encore il s'agit d'une méthode utilisable au quotidien, et dont les bénéfices peuvent être ressentis dans chaque activité (quotidienne, sportive, artistique) Je serai diplômé professeur à l'issue de 3 ans et demi de formation.

Aujourd'hui j'enseigne  la technique Alexander à différentes clientèles, des professionnels qui utilisent leur corps au quotidien, des danseurs, des comédiens, des sportifs, des musiciens , des artistes pour qui cette méthode a été pensée dès son origine. Mais son champ d'action est bien plus vaste, elle correspond à toutes les personnes souffrant de problèmes posturaux, de mal de dos, de maux liés aux gestes répétitifs, ou du vieillissement , et à qui elle apporte des solutions au quotidien.

J'applique également ces principes au travers de mes recherches sur l'escrime japonaise classique, et dans l'enseignement des arts martiaux que je transmets.